Epitaphe Les yeux les protègent

Horloges de vies

Rencontre au pied d'une oeuvre / FMAC-UOG Olivier (1), sara (2)

ceci est une création de Sara Meloni et Olivier Weber au pied de l’oeuvre « Les inséparables » de Ester Shalev-Gerz (Vilnius/Lituanie, 1948),

Les Inséparables, 2016
Double-horloge en acier, acier inox et aluminium, double mouvement motorisé, système électrique
Dimensions: 185 x 300 x 35 cm (cadrans avec aguilles, sans structure porteuse)

Localisation : Rue Lissignol 8 & 10, 1201 Genève, installée en toiture des immeubles

Collection du Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève (FMAC)

 

Le temps pour nous et le temps de nos vie. Combien de vies aimerions-nous vivre ? Et si on aurait la possibilité de donner un regard sur notre futur or sur notre passé, qu’est-ce que ferions-nous de nos vie?…

Olivier et Sara, un binôme choisi par le hasard, le destin, Mr. le Temps il les fait rencontrer au dessous des horloges de leurs vies, ‘’Les inséparables’’.

Je m’appelle Olivier,
Je suis un homme de 60 ans et j’ai un frère jumeau. Un lien très fort, mais, des choix nous ont portés sur des chemins différents. Moi ici, en Suisse, comme horloger et mon frère, horloger lui aussi, loin à l’étranger.
Aujourd’hui je regarde ces horloges et je me souviens de ma vie. Comme devant un miroir, je regarde les deux cadrans, égales mais différents comme moi et mon frère. Je comprends de comme l’aiguille de ma vie a passée déjà la moitié et celle là de mon jumeau aussi. Qu’est ce que seras de nos vie ?
Le dur éloignement nous a renforcé dans l’esprit, il reste un lien très fort et indissoluble..

Je m’appelle Sara,
une jeune fille de 27 ans, passionnée par l’art et l’architecture, la vie m’a portée ici, en Suisse. Un nouveau chemin à découvrir ; plain d’énergie dans la jeunesse de ma vie. Aujourd’hui pour la première fois je regarde cette œuvre, au milieu de cette vieille place où ont eu origine les horlogers ; à l’époque ils partagèrent les mêmes ateliers avec les boulangers. Oui, une époque où l’horloge était plutôt un objet pour marquer les heures. J’observe le deux cadrons, un qui marque le passé, l’autre le futur et les aiguilles marchent vîtes. Le temps passe, est passé et passera inexorable, par des mécanismes qu’on voit pas..

Olivier il a l’habitude à travailler avec le mécanisme du temps, mais il souffre pour son jumeau qui est loin. Depuis un minute, une révélation : les aiguilles rouges trotteuses se rejoignent ! Au milieu d’un axe imaginaire, les deux frères jumeaux se rejoignent. Leur objectif brièvement il va être réalisé. Les inséparables se retrouvent.
Sara voit ces cadrons comme s’ils représentent la dualité de la vie. D’une coté le passé les choix faites ; de l’autre coté le futur, les choix à prendre, les objectifs à atteindre.
Où suis-je dans le cadran ? Est-ce que ma vie aura pu être différente ? Je regarde l’œuvre à travers Olivier et c’est tout plus clair : un jour, mes aiguilles vont se rejoindre au milieu !
J’ai un espoir. Je vivrai mon temps, j’y arriverai, temps au temps.

Sara Meloni / italienne / 27 ans
et
Olivier Weber/ suisse / 60 ans

Genève le 29 Août 2017