Lourd portail troué Horloges de vies

Epitaphe

Rencontre au pied d'une oeuvre / FMAC-UOG Jacqueline (1), Sofia (1)

Ceci est une création de Jacqueline et Sofia au pied de l’oeuvre « Je vous avais dit que je n’allais pas très bien« , Sculpture de Gianni Motti (Sondrio/Italie, 1955)

Sans titre, 2016
Sculpture Granit
Dimensions: 85.0 x 60.0 x 10.0 cm (hors tout)
Acquis en 2017
Localisation : Cimetière des Rois, Genève
Collection du Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève (FMAC)

 

«Nous avons choisi toutes les deux (prof. et élève de l’UOG) une œuvre de Gianni Motti datant de 2016 exposée maintenant définitivement au Cimetière des Rois de Genève. Nom : «Je vous avais dit que je n’allais pas très bien »

Un des sujets du bac philo 2017 était: Une œuvre d’art doit-elle être nécessairement belle? Voilà une question qui m’interpelle lorsque je regarde l’œuvre de Gianni Motti exposée au Cimetière des Rois.
Cette stèle avec son inscription «Je vous avais dit que je n’allais pas très bien» n’est pas particulièrement belle mais elle m’interpelle. N’est-ce pas là la force d’une œuvre d’art? Provoquer des questions.
Lors de la visite de l’exposition cet automne, en arrêt devant la tombe, j’ai lu et relu l’épitaphe. Puis j’ai souri et même ri. Cette façon de désacraliser la mort m’a séduite. Ce clin d’œil aux vivants est très réussi. Puis après l’amusement est venu le trouble. J’ai une très bonne amie qui, depuis notre rencontre il y a fort longtemps, me signale chaque jour qu’elle ne va pas très bien… il y a bientôt quarante ans que je me moque d’elle. Et cette inscription a réactualisé ses plaintes et… mes remords. Elle nous rappelle la fragilité de nos vies, ce fil ténu qui nous maintient debout et que la plupart du temps nous oublions.
Gianni Motti dit à propos de l’art que les œuvres doivent chatouiller, provoquer et mettre l’humour à l’honneur.
Avec moi, son but a été totalement atteint.
Jacqueline (suissesse)
—- o —-
C’était sur une photo que j’ai vu cette œuvre d’art pour la première fois. J’ai été étonnée, j’ai pensé que c’était une vraie tombe qui abritait un mort. Le dernier désir de quelqu’un ? Une phrase que la personne a dite lors de son dernier soupir ou qu’elle disait souvent ? Sans aucun doute la phrase m’a fait réfléchir principalement quand j’ai remarqué que c’était une œuvre d’art. Quel message ?
«La créativité demande du courage» j’ai lu un jour quelque part. Ici, on trouve une grande dose de courage. Une phrase dramatique mais en même temps pleine d’humour avec une touche de présage sur une stèle, un symbole de mort, de perte, du repos éternel, du respect, de la tristesse de ceux que restent dans ce monde.
Cette phrase a un sens de prémonition qui me rappelle les personnes âgées avec leur sagesse qui nous donnent des conseils et la plupart du temps nous ne les suivons pas et après arrive le : «Je t’avais dit…».
C’est une œuvre d’art contemporaine il est bien probable que l’artiste nous «oblige» à penser à la solidarité et à l’altruisme qui manquent toujours dans notre vie.
Sofia (portugaise, 43 ans)